Jean Baptiste Ehlinger
0

Interview de Jean-Baptiste Ehlinger

Aujourd’hui, on découvre Jean-Baptiste EHLINGER qui s’est reconverti complètement après un début de carrière en tant qu’ingénieur. Il est maintenant conseiller en gestion de patrimoine et travaille à l’éducation financière de ses clients. Il anime également régulièrement des conférences sur ce sujet.

Raconte-nous un peu ton parcours : Pourquoi es-tu devenu indépendant ?

Brièvement, j’ai fait une école d’ingénieur en automobile, aéronautique et aérospatiale et donc à l’obtention de mon diplôme, je me suis installé à Toulouse pour travailler en tant qu’ingénieur en gestion de projet en sous-traitance pour Airbus.

Il m’a fallu 4 ans pour comprendre que le plan de carrière que je suivais n’était pas du tout enthousiasmant, et j’avais envie d’avoir plus de maîtrise sur ma vie pro.

Début 2014, je découvre l’éducation financière grâce à un ami (ancien collègue) au cours d’une conférence, puis dans le livre Père riche Père pauvre de Robert Kiyosaki. Le sujet me plait et me parle beaucoup car justement, je m’interrogeais sur l’indépendance financière. Fin 2014, je suis mon ami et d’autres personnes à un séminaire sur l’entrepreneuriat aux US.

A mon retour en France, ma décision était prise, j’ai quitté mon poste pour me lancer dans le conseil en investissements.

Quel est ton métier ? Qu’est-ce que tu fais ? Qu’est-ce que tu proposes à tes clients ?

Mon métier est ensemble de plusieurs métiers, tout d’abord l’éducation financière car avant d’investir, il faut apprendre à investir. D’ailleurs c’est pour cette raison que j’anime régulièrement des conférences sur diverses thématiques à Toulouse.

Ensuite la gestion de patrimoine, discipline incontournable du point de vue pratique, je travaille avec un réseau de spécialistes qui a 25 ans d’expérience et me permet d’accéder à des solutions d’investissements habituellement réservés à une « élite ». Mais aussi juridique car aujourd’hui les métiers de la finance sont ultra réglementés.

Enfin le conseil et l’accompagnement, où mon passé d’ingénieur en gestion de projet fait des miracles. Quand je travaille avec une personne, toute la démarche est orientée projet, et non produit, ce qui fait une énorme différence sur la qualité du conseil, car il ne s’agit plus de vendre des produits d’investissement, mais de répondre à une problématique précise.

Peux-tu nous décrire une prestation type ?

Il y a 4 grandes phases:

1. Phase d’écoute, l’investisseur m’explique sa situation financière, mais aussi professionnelle voir personnelle. Ensuite je lui pose des questions pour mieux comprendre sa problématique et pouvoir reformuler sous forme de projet. Cette étape est la plus importante car elle crée une relation de confiance, indispensable dans le cas d’un conseil.

2. Phase de pédagogie, j’explique à mon investisseur comment fonctionnent les différentes solutions d’investissement que je lui conseille. En expliquant de façon théorique les différents mécanismes financiers, les avantages, les inconvénients et évidemment un plan d’investissement adapté à sa situation et ses projets afin qu’il puisse se projeter sur le long terme.

3. Phase administrative, la moins passionnante. Dans le cas d’un placement financier, le process est assez simple et rapide. En revanche dans le cas d’un investissement immobilier, ma valeur ajoutée est indéniable. Je suis présent à toutes les étapes du process, de la réservation d’un bien à la signature chez un notaire en passant par le financement et l’obtention d’une assurance décès invalidité. Je suis aussi présent lors de la livraison du bien pour inspecter la qualité de finition, et faire corriger au promoteur d’éventuelles non-conformités. Je travaille aussi avec un ami gestionnaire qui s’occupe la mise en location afin que mon investisseur n’ait pas une minute à perdre. Un bon investissement rapporte de l’argent sans couter du temps !

4. Phase de suivi, mon rôle de gestionnaire est de suivre la progression des investissements réalisés et éventuellement réaliser des arbitrages en ce qui concerne les placements financiers. Je suis en contact régulier avec les investisseurs, je peux les aider à remplir correctement leur déclaration d’impôts, je peux aussi les aider à préparer et optimiser une succession.

Et combien ça coûte ?

Etant commissionné par le réseau partenaire lorsqu’une solution est vendue, j’ai choisi de ne pas prendre d’honoraires à mes investisseurs. Pour moi, le travail doit se faire dans la confiance, parfois je réalise une étude « bénévolement » car soit la personne ne peut pas investir, soit elle ne veut pas. Et les investisseurs satisfaits par mon accompagnement me recommande à leurs proches, je trouve que c’est une belle façon de rémunérer un travail de qualité.

Une mission dont tu es particulièrement fier ?

Dans l’ensemble je suis fier de toutes les solutions mises en place car elles répondent toutes à des besoins fondamentaux comme améliorer sa retraite, financer les études de ses enfants, ou encore mettre les membres de sa famille à l’abri de problèmes financiers.

Quel est ton cadre de travail ?

J’ai la chance de travailler chez moi dans mon salon qui fait aussi office de bureau. En général il y a de la musique, sauf quand j’accueille un investisseur en RDV. Parfois je fais des calls sur Skype pour les personnes loin de Toulouse ou carrément à l’étranger.

Un conseil pour ceux qui voudraient se lancer en Freelance ?

Se lancer à son compte comporte du risque, mais comme pour les investissements, le risque c’est qui rapporte le plus sur le long terme !

Ton resto préféré à Toulouse ou sur la région ?

Le Foxy, c’est très petit donc pensez à réserver en avance. La carte du soir change toutes les semaines.

A propos de Jean-Baptiste

Son site : Ca manque non ?
Sa page Linkedin : https://www.linkedin.com/in/jean-baptiste-ehlinger-1bb036135/?ppe=1
Sa page Facebook : https://www.facebook.com/jeanbaptiste.ehlinger.Investissements